[Portrait] Marie Des Grottes, BE Surf, Coach et Rétaise

Marie Des Grottes Diplômée d’un Brevet d’état surf et travaillant au Surf Club Rétais (Ile de Ré), rencontre:

Portrait de Marie Des Grottes ©X.Renaudin
Portrait de Marie Des Grottes
©X.Renaudin1

Royan Glisse: Marie, peux tu te présenter et présente nous ton ton club ?

Marie Des Grottes: Alors je m’appelle Marie j’ai 28 ans je vis sur l’île de ré depuis toujours. J’ai commencé le surf il y a un peu plus de 15 ans, totalement par hasard dans les Landes.
J’ai tout de suite adoré et m’y suis mise à fond dès mon retour dans l’île.
Depuis j’ai passé mon BE en 2006 après avoir fait un peu de bénévolat au surf club Rétais celui ci me proposant un poste a l’année. Me voilà donc dans ma 9 eme année de bons et loyaux services au sein du club. Le Surf Club Retais est le seul club de surf de l’île de ré avec prés de 230 licenciés en 2014 (presque autant de filles que de garçons ). C’est un club très familial et convivial. Je suis fière d’en faire partie.

RG: Marie tu es BE surf depuis 9 ans, tu as passé il y a 2 ans ton BEF (brevet d’initiateur fédéral)
Pourquoi le surf comme métier ? Quel est le but de ton BEF ?

MDG: Je suis donc BE depuis 9 ans, c’est un peu une opportunité qui s’est proposée a moi à ce moment là et finalement je me dis qu’il devait y avoir un destin !!!
J’adore mon métier, c’est un métier passionnant, rire et très varié, j’ai la chance de toucher à tout dans mon poste au sein du club : secrétariat, organisation d’événement, cours ,…
Le BEF est un gros plus pour moi, pour avoir plus de connaissances sur l’entraînement au haut niveau et en faire profiter les jeunes du club. Mais aussi personnellement : c’était une super formation très enrichissante qui m’a permis de valider ce diplôme d’état.
Pour le moment je débute dans ce métier de « coach » qui n’est pas si évident même si j’entraine les jeunes depuis longtemps au club, il y tellement d’éléments à prendre en compte qu’il est difficile de les appliquer sur des jeunes comme chez nous qui pratiquent principalement en terme de  » loisir », même pour les compétiteurs.
Le niveau est en train de monter fortement chez les jeunes en Charente et j’espère les aider et à contribuer à leur progression dans les prochaines années.

Championnat Régional de Charente 2015
Marie la « Coach » avec ses « Totally spies » du Surf Club Rétais ©X.Renaudin

RG: comment ça se passe pour une femme BE dans ce milieu où vous êtes peu à enseigner ? Quels sont tes rapports avec les hommes que ça soit collègues ou quand tu es à l’eau avec tes élèves ou en free surf ?

MDG: Quand j’ai passé mon BE je crois que nous étions 3 filles à le passer sur une trentaine et pour le BEF j’étais la seule … De mon côté ça se passe plutôt bien, je suis à l’aise avec tout type de public. Je pense que nous les fillesn nous avons un côté maternel qui nous rend plus attentionnées que les garçons ! (rires)
Je suis quelqu’un de très sensible et qui a beaucoup d’empathie du coup j’avoue que sur un séjour par exemple où il faut sévir un peu en cas de débordement j’ai moins d’autorité qu’un garçon.
Je trouve ça top d’avoir dans une équipe de moniteurs avec des hommes et des femmes car chacun à une vision et approche très différente, on se complète bien. C’est vrai que ça se passe très bien avec mes collègues Remy (Directeur du Surf Club NDLR) et Antoine surtout quand ils avouent que j’ai raison ! (Rires)
Plus sérieusement il n’y a aucun rapport de force chacun fait son boulot !
Avec mes élèves je suis trop gentille je leur laisse toutes les vagues mais leur fait comprendre que quand j’en prend une c’est LA MIENNE ! (rires)
En free surf c’est différent ça dépend des spots et quel(s) surfeur(s) il y a dans l’eau mais c’est vrai que la plupart du temps les mecs sont assez cool avec les filles ( un ou 2 sourires ça aide pas mal!!).

Après le Shoartboard, Marie affectionne le Longboard et mes ses petites Rétaises à cette discipline ©X.Renaudin (Archives 2013)
Après le Shoartboard, Marie affectionne le Longboard et mes ses petites Rétaises à cette discipline
©X.Renaudin (Archives 2013)

RG: Quelle mentalité il y a l’eau sur Ré, vous êtes peu de femmes à surfer, tes impressions et l’évolution que tu vois ?

La mentalité sur Ré a bien évolué ! Quand j’ai commencé nous n’étions que 3 ou 4 à surfer et j’étais une des plus jeunes et il y avait beaucoup moins de surfeurs. À l’époque j’aurai pu me noyer au pic je crois que les mecs ne m’auraient même pas vue. Puis j’ai commencé à prendre plus de vagues, à faire des compet’ et du coup à m’imposer un peu plus au pic.
Depuis, à part quand il y a beaucoup de surfeurs d’ailleurs qui ne me connaissent pas, les Rétais sont super avec moi, ils m’encouragent, me laisse des vagues …
Il y a beaucoup plus de filles à l’eau maintenant la pratique s’est bien développée dans l’île et je pense que plus il y a de filles à l’eau plus l’ambiance se détend surtout quand les filles surfent mieux que les mecs et les mettent à l’amende …(rires)
Le surf féminin explose chez nous, au club nous avons presque autant de filles que de garçons et elles sont vraiment motivées.
Le plus génial ce sont toutes les adultes qui se mettent au surf. Elles viennent au cours par groupes entiers de copines, elles ont réalisé que le surf était un sport super accessible et elles passent du bon temps ensemble, ça leur permet d’aller surfer le week end avec leurs enfants !
C’est leur activité à elles et c’est super de les voir progressé!
RG: tu fais partie de l’ETR (équipe technique Régional), quel est ton rôle ?

MDG: Mon rôle dans l’ETR est de m’occuper des jeunes (et surtout des filles région) avec les autres coachs de l’équipe sur les stages départementaux, régionaux, les diverses compet’ et les championnats de France l’an dernier.
Je suis heureuse que les garçons de l’équipe me fassent confiance dans ce rôle.

Marie avec la Team Charentes 2015 ©X.Renaudin
Marie avec la Team Charentes 2015 ©X.Renaudin

RG: Comment vois tu à terme l’évolution féminine du surf et des sports de glisse en Charente maritime ?

MDG: Je pense que les filles ont encore besoin de se faire une place dans le surf en Charente Maritime, car pour l’instant la majorité des filles sur les coupes régionales viennent de l’île de Ré mais j’espère que ça va motiver celles des autres clubs. Elles ont fait beaucoup de progrès ces dernières années et ce n’est pas près de s’arrêter vu leur motivation !
Je pratique un peu le Kite également et là aussi il y a de plus en plus de filles à naviguer.
Je pense que d’ici quelques années les Charentaise Maritime seront très nombreuses sur les spots n’ont pas dit leur dernier mot !!

RG: un dernier mot ?
MDG: GIRL POWER!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *